Appel à contribution – Tracés n°48- Epreuves d’autorité

Proposition de numéro coordonné par Corentin Durand, Elsa Génard et Mathilde Rossigneux-Méheust

DATE LIMITE d’envoi des propositions: 30 mars

De quoi sont faites les relations entre employés et patrons, administrés et administrateurs, accusés et juges, fidèles et clergé, enfants et parents, patients et soignants, élèves et enseignants, etc. ? Ce numéro de Tracés propose de repartir d’une notion centrale et problématique de notre modernité politique – l’autorité – comme relation sociale, au-delà de sa seule acception comme  concept politique (Horkheimer, Fromm, Marcuse, 2001 [1936] ;  Arendt, 1989 [1961] ; Kojève, 2004), valeur morale ou qualité personnelle (Azoulay, 2004). La relation d’autorité se caractérise, par rapport à d’autres relations de pouvoir, par le fait d’être fondée sur des statuts de participation a priori asymétriques. Les actions ou les possibilités d’action des uns y sont conditionnées par la position de supériorité, le bon vouloir ou les décisions des autres

Nous invitons ainsi les contributeurs et les contributrices à analyser, dans différents domaines sociaux et à différentes époques, les interactions qui construisent, stabilisent et mettent à l’épreuve les relations d’autorité, ainsi que les dispositifs matériels, scripturaux, spatiaux, langagiers et moraux qui les produisent et dans lesquels elles s’inscrivent. Penser ensemble des configurations relationnelles et leurs conditions matérielles très diverses doit alors permettre de re-spécifier empiriquement et conceptuellement ce que ces relations ont en commun mais aussi ce en quoi elles varient.

L’approche interactionnelle, processuelle et relationnelle défendue par ce dossier permet de faire un pas de côté par rapport à la question tout sauf neuve de la « crise de l’autorité ». S’extraire des discours englobants et surplombants sur l’autorité et ses risques d’effritement ouvre la voie à une micro-analyse de l’autorité et de ses dispositifs. Cette focale ne doit bien sûr pas décourager des propositions qui articuleraient étude située et réflexion sur de plus grandes scansions historiques. L’analyse des lettres écrites ou dictées par Staline en termes d’« opérations relationnelles » par Yves Cohen constitue un exemple de l’articulation possible entre étude de cas micro et réflexion chronologique d’ampleur sur l’« idéologie du chef » (Cohen, 2014, p. 683-795).

Avec cette approche résolument micro, l’ambition de ce dossier est de penser ensemble plusieurs traditions des sciences sociales, attentives à la matérialité des relations d’autorité. On songe tout particulièrement aux travaux sur les institutions disciplinaires (Goffman, 1961 ; Foucault, 1975 ; Sykes, 2007), aux études historiques et sociologiques sur les suppliques et les dénonciations (Farge et Foucault, 1982 ; Boltanski, 1984 ; Bercé, 1990 ; Chateauraynaud et Torny, 1999 ; Fassin, 2000 ; Blum et Cerutti, 2018), aux travaux sur les relations de travail (Burawoy, 1982 ; Offerlé, 2007 ; Delpierre, 2022), à la sociologie du guichet (Lipsky, 1980 ; Dubois, 1999 ; Weller, 1999), à l’anthropologie de la bureaucratie (Hull, 2012 ; Hoag, 2011 ; Allard et Walker, 2016),  aux recherches sur la fabrique de l’obéissance (Delalande, 2009 ; Saint-Fuscien, 2009), ou au récent chantier d’une « histoire sociale de la relation d’autorité » (Karila-Cohen, 2008 ; Saint-Fuscien, 2011 ; Karila-Cohen et Droit, 2016). Les contributions pourront également dialoguer avec un large éventail d’études philosophiques qui cherchent à penser le pouvoir comme une relation (Hegel, 2002 ; Certeau, 1990 ; Foucault, 1994 ; Honneth, 2000 ; Gros, 2019) ou s’interrogent sur la fabrique du consentement : travaux féministes sur la sexualité et la famille (Mathieu, 1991 ; Garcia, 2018 ; Garcia, Mazaleigue-Labaste et Mornington, 2023), travaux qui interrogent la notion de « servitude volontaire » ou de “désir de servitude” (La Boétie, 2022 [1577] ; Spinoza, 2022 [1670] ; Deleuze et Guattari, 1972), etc. Bien que cet appel ne parte pas d’une définition unique ou univoque du concept d’autorité, l’enjeu notionnel reste un des horizons possibles des contributions, si l’effort de conceptualisation naît de et s’articule à un souci d’historicisation et de description empirique des relations d’autorité.

Le choix d’une focale resserrée sur les relations interpersonnelles et les interactions permet de ne pas plaquer les mécanismes de pouvoir a priori sur les situations asymétriques qui sont au cœur de l’analyse. Il s’agit de saisir les structures de domination dans leur dimension concrète et historique, qu’elles soient liées au genre, à la classe, à la race ou à l’âge, en explorant dans le détail des relations de pouvoir en train de se faire. Objet en équilibre, en constante redéfinition, au travers d’actes, de décisions, de mots, de gestes, de signes, de mises en scène, qui font eux-mêmes constamment l’objet d’interprétations et d’« actions en retour » par les parties en présence (Lemieux, 2009), les relations d’autorité seront précisément étudiées au prisme de leurs déstabilisations, de leurs confirmations et de leurs déplacements. Ces moments critiques – que l’on peut qualifier comme des épreuves dans le vocabulaire des sociologies d’inspiration pragmatique et pragmatiste (Blic et Lemieux, 2005 ; Boltanski, 2009 ; Barthe et al., 2014 ; Chateauraynaud, 2015) – participent ainsi à la fois à la construction, au maintien et à la remise en cause des relations d’autorité.

Dans le sillage des paperwork studies attentives notamment à la fabrique des actes d’État (Hull, 2003 ; Weller, 2018), nous invitons les auteurs et autrices à intégrer à leur analyse, autant que faire se peut, une réflexion sur les manières de documenter les relations d’autorité (Lenzi, 2016). Quels dispositifs d’enquête, quels types de sources, quelles traces permettent d’observer, aujourd’hui comme dans le passé, de telles relations? Comment se situent les chercheurs et chercheuses de sciences sociales, quand ils et elles explorent ces configurations?

Les auteurs et autrices devront envoyer leur contribution (article complet) avant le 30 mars 2024. Celle-ci sera envoyée à la rédaction de Tracés (redactraces[a] groupes.renater.fr) ainsi qu’aux responsables du numéro : corentin.durand[a]sciencespo.fr ; mathilde.rossigneux[a]univ-lyon2.fr ; elsa.genard[a]gmail.com

Appel complet

Guerres, carcéralité et prisons coloniales : 13 et 14 novembre 2023

Nous avons le plaisir de communiquer le programme du colloque Guerres, carcéralité et prisons coloniales qui se tient à l’Université de Tlemcen (Algérie) les 13 et 14 novembre 2023. Notre collègue Samuel Tracol présentera la communication suivante : Les “arabes” au secours du bagne : racialisation du travail pénal et mise en économie de la Guyane pénitentiaire dans les années 1930.

Routines punitives

Les sanctions du quotidien XIXe-XXe siècle

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de l’ouvrage collectif du GRID (Groupe de recherche sur les institutions disciplinaires), sous la direction d’Elsa Genard et Mathilde Rossigneux-Méheust.

Au cachot, privé de sortie, à l’isolement, à l’amende, au pain sec et à l’eau… Nombreuses sont les sanctions qui rythment la vie à la caserne, en prison, à l’usine, en maison de retraite, à l’école, à l’hôpital psychiatrique ou au couvent. Punir serait une dimension essentielle des institutions « disciplinaires » telles que Michel Foucault les a qualifiées.


Le collectif d’historiennes et d’historiens réunis dans cet ouvrage a voulu interroger cette évidence et proposer une histoire sociale des sanctions ordinaires au XIXe et au XXe siècles. Il saisit le moment où la domination devient visible et tangible, où le pouvoir cogne.
Qui punit-on, pour quelles raisons et comment ?


De la qualification des infractions aux répertoires punitifs, des pratiques des punisseurs à l’expérience des punis, des scandales aux tabous, ce livre s’intéresse à la routinisation des sanctions. Il compare leur poids dans le quotidien administratif et leur empreinte sur les trajectoires individuelles. Ce faisant, il ouvre la voie à une histoire commune des institutions militaire, éducative, religieuse, thérapeutique, coercitive et d’assistance.

Lien vers l’éditeur.

XIX JORNADAS INTERESCOLASUNIVERSIDADE NACIONAL DE ROSÁRIO18-21 SETEMBRO 2024

Caros colegas e amigos do Grupo CoPALC, convidamo-los a enviar os seus resumos de trabalhos para a mesa que coordenaremos nas próximas XIX Jornadas Interescolas (Rosário, 18-21 de setembro de 2024).

MESA 42:
Prisões, colonização penal e instituições de confinamento na América Latina. Entre os paradigmas punitivos da cultura jurisdicional e culturas estaduais (séculos XVIII-XX)

COORDENADORES
Luis Gonzalez Alvo gonzalezalvo@gmail.com
Dirceu Franco Ferreira dirceufranco@yahoo.com
Sabrina Castronuovo s.catronuovolp@gmail.com

BASE


Esta mesa de trabalho tem como objetivo reunir pesquisadores interessados na história das prisões e outras instituições de confinamento latino-americanas durante os séculos XIX e XX. Após as revoluções de independência, os jovens estados nacionais tentaram estabelecer novas formas de punição, enquanto se utilizaram de velhas formas penais, como o recrutamento forçado para fronteiras, exército e armada, o isolamento de indígenas e outros grupos em colônias penais, inovaram através da construção das primeiras penitenciárias Com o passar do tempo, os estados criaram códigos penais.

Estruturas penitenciárias e judiciais a fim de deixar para trás os paradigmas punitivos da cultura jurisdicional e lançar as bases de um modelo punitivo de cunho liberal. Compreender a construção dos sistemas prisionais latino-americanos significa dialogar sobre a complexidade e variedade desses processos.


✅ MODALIDADE PRESENCIAL
✅ CONDIÇÕES PARA APRESENTAÇÃO DE RESUMOS:


Os interessados devem enviar aos coordenadores o seu resumo por correio electrónico, de acordo com as seguintes características:

  1. O tema e as abordagens problemáticas que vão ser desenvolvidas no relatório.
  2. Extensão entre 1500 e 2500 caracteres (com espaços).
  3. Título de até 200 caracteres (com espaços).
  4. Nomes completos, apelidos completos, identificação sem pontos, filiação institucional e correio electrónico dos autores, alinhados à direita (sem formato: nem sublinhado, nem bold, nem itálico, etc. ).
  5. A fonte necessária é Times New Roman, tamanho 12, interlineado de 1,5.
  6. Indique três palavras-chave.
    ✅ PRAZO PARA ENTREGA DOS RESUMOS: 31 DE OUTUBRO DE 2023
    Para mais informações, consulte o sítio: https://linktab.co/Interescuelas2024

 JORNADAS INTERDISCIPLINARIAS SOBRE ARTE Y PRISIÓN 

San Miguel de Tucumán, 19 y 20 de septiembre de 2023 

Nos complace invitarles a las jornadas de debate y presentación del número 15 de la Revista de Historia de las Prisiones, titulado Historia y Memorias, Relaciones entre Arte y Prisión. Estas jornadas, organizadas por Copalc y la Universidad Nacional de Tucumán, brindarán la oportunidad de intercambiar opiniones con los autores que han colaborado en este número. Esperamos contar con la presencia de muchos de ustedes.

Framing the Penal Colony

Representing, Interpreting and Imagining Convict Transportation

We are pleased to announce the publication by our British colleagues Sophie Fuggle, Charles Forsdick and Katharina Massing of the collective work Framing the Penal Colony
Representing, Interpreting and Imagining Convict Transportation
, based on the work of the international symposium held at the National Justice Museum in Nottingham in 2019.

Charles and Sophie have actively contributed to the work of CoPALC by participating in the seminar cycle of the Franco-Brazilian Chair in 2021.

Samuel Tracol, a CoPALC member, and Glória Alhinho, of Georgetown University and also a participant in the CoPALC chair in 2021, have published a chapter : Writing the French Penal Colony: Starting from the End with Patti Smith and Jean Genet.

Further information

Criminocorpus. 20 ans pour l’histoire de la justice. Trajectoire, enjeux, questions vives. Colloque 6 et 7 juin 2023

Nous avons le plaisir de partager le programme du colloque proposé par l’équipe de Criminocorpus, musée en ligne du crime, des peines et de la justice pour célébrer les vingt ans du projet.

Imaginé en 2003 sous la forme d’un portail numérique d’histoire des crimes et des peines, le projet de science ouverte Criminocorpus n’a eu de cesse de se développer en explorant les nouvelles formes de restitution plurielle de la connaissance scientifique.


En veille sur l’innovation technique et l’expérimentation, soucieuse de la pérennité des données et attentive à une large diffusion accessible à différents publics, Criminocorpus constitue aujourd’hui la plateforme de référence sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines avec une revue francophone et plurilingue et le premier musée nativement numérique sur le sujet. En 2023, nous fêtons les 20 ans d’un projet fédérateur toujours en mouvement.


L’objectif de ce colloque est de revenir collectivement sur sa genèse, ses développements, ses contenus et ses partenaires, mais aussi d’esquisser ses perspectives d’avenir en l’inscrivant dans l’évolution de l’histoire de la justice. Constitué en comité scientifique, le comité de rédaction de Criminocorpus a souhaité privilégier les temps d’échanges et de discussion. Le colloque est ainsi structuré en cinq tables-rondes encadrées par deux temps de conférences.

Lien vers le programme complet.

Dossier- Les liens familiaux à l’épreuve des institutions disciplinaires 

Nous avons le plaisir de vous communiquer la parution du dossier Les liens familiaux à l’épreuve des institutions disciplinaires dans la revue Le mouvement social.

Ce dossier constitue le premier bilan d’une réflexion menée collectivement au sein du Groupe de recherche sur les institutions disciplinaires (GRID) consistant à proposer une histoire comparée des institutions aux finalités aussi éloignées que l’asile, la prison, l’armée, l’hospice, l’hôpital et l’école, en interrogeant à travers elles, et quelque quatre décennies après son énonciation, la pertinence du concept foucaldien d’« institution disciplinaire ». 

Il est disponible en ligne au lien suivant : https://www.cairn.info/revue-le-mouvement-social-2022-2-page-3.htm.

LE GENRE CARCÉRAL

Pouvoir disciplinaire, agentivité et expériences de la prison du xixe au xxie siècle

Nous signalons la parution en libre accès de cet ouvrage collectif dirigé par Natacha Chetcuti-Osorovitz et Sandrine Sanos et publié par EMSHA éditions. Plusieurs articles sont consacrés au Brésil.

Cet ouvrage collectif interroge les manières dont pénalisation, carcéralisation et politiques d’État sont mises en question lorsque l’on soumet ces normes et régimes à une analyse croisée des logiques de genre et des rapports sociaux et politiques. Que fait la prison aux individus incarcérés, qu’ils soient hommes, femmes, trans ou non-binaires, à partir de l’analyse des rapports sociaux et des normes de genre ? Que peut-on voir de ces régimes de détention tels qu’ils sont appréhendés par des hommes ou des femmes condamné·e·s, qu’ils ou elles se définissent comme prisonni·er·ère·s politiques ou de droit commun ?

https://books.openedition.org/emsha/1444?lang=fr

Journées Jeunes chercheurs en Sciences Humaines et Sociales (SHS) : regards croisés France-Brésil 

L’Ambassade de France au Brésil et l’Université de Brasilia (UnB) organisent la 3ème édition des « Journées Jeunes chercheurs en Sciences Humaines et Sociales (SHS) : regards croisés France-Brésil » la semaine du 24 avril 2023. Ce séminaire en présentiel permet à de jeunes chercheurs de présenter leurs projets de recherche, en cours de réalisation ou bien alors soutenus entre 2019 et 2022.

Cet appel à communications s’adresse aux chercheurs qui remplissent les quatre critères ci-dessous  :

  • être de nationalité française, d’un pays membre de l’Union européenne ou brésilienne ;
  • avoir un projet de recherche portant sur le Brésil (pour la partie française) ou la France (pour la partie brésilienne) ;
  • être officiellement inscrits en 2ème année de Master, en Doctorat ou en Post-Doctorat dans un établissement d’enseignement supérieur et de recherche français ou brésilien ;
  • être âgé au plus de 40 ans en 2023.

Cet événement répond à la volonté des deux pays d’élargir la collaboration dans les domaines des sciences humaines et sociales et couvrira les disciplines des SHS suivantes : philosophie, linguistique, littérature, histoire, géographie, sociologie, anthropologie, psychologie, science politique, relations internationales, économie et droit.

  • Pour répondre à cet appel à communications, les chercheurs doivent, dans un premier temps, compléter (en français ou en portugais) le document ci-dessous et l’envoyer à l’adresse suivante : shsjeuneschercheurs@gmail.com. Il doit comprendre les informations suivantes : (1) un Curriculum Vitae, (2) un résumé de du projet de recherche de 300 mots suivi de 5 (cinq) mots-clés, (3) une description d’une à deux pages du projet et (4) les références bibliographiques.
  • A l’issue de la réception des dossiers de candidatures, au plus tard 23 janvier 2023, le comité scientifique constitué par l’Ambassade de France et l’UnB sélectionnera, fin janvier 2023, un total de 30 dossiers, soit 15 français et 15 brésiliens.
  • Les chercheurs sélectionnés devront ensuite fournir, au plus tard le 25 mars 2023, un article présentant clairement leur recherche. Il conviendra de respecter la limite de 20 000 caractères (environ 8 pages, police Times New Roman, taille 12, interligne de 1,5 cm et marges de 2,5 cm, espaces et notes de bas de page inclus), et une bibliographie de deux pages maximum. L’envoi de cet article constituera une étape obligatoire pour confirmer la participation définitive à l’événement. A l’issue de la 3ème édition des « Journées Jeunes chercheurs en SHS : regards croisés France-Brésil », les organisateurs publieront ces articles sous forme d’actes de l’événement au cours des mois qui le suivront.

Pour cette 3ème édition, l’Ambassade et l’UnB accorderont une attention particulière aux travaux qui portent sur les thématiques suivantes :

-  Inégalité, globalisation et leurs effets sur la société contemporaine.
-  Culture, diversité, pratiques sociales et affirmation de droits.
-  Questions contemporaines : santé, dynamiques sociales et développement.
-  Sport, identité de genre et inclusion sociale.

Les 30 chercheurs retenus participeront à des tables rondes interdisciplinaires, composées de trois/quatre chercheurs au cours d’une des deux matinées de l’événement.

ATTENTION : Les dossiers reçus après le 23 janvier 2023, minuit heure française, ne seront pas pris en compte.

https://br.ambafrance.org/Appel-a-candidatures-Journees-jeunes-chercheurs-euses-en-sciences-humaines-et
https://br.ambafrance.org/Appel-a-candidatures-Journees-jeunes-chercheurs-euses-en-sciences-humaines-et
https://br.ambafrance.org/Appel-a-candidatures-Journees-jeunes-chercheurs-euses-en-sciences-humaines-et

360° Reportage – Kourou, des bagnes et des fusées

Vous pouvez retrouver sur la plateforme d’Arte le reportage de Marie-Hélène Baconnet revenant sur la restauration du patrimoine carcéral des Iles du Salut en Guyane Française.

Vous pouvez y retrouver notre collègue Dirceu Franco Ferreira à l’occasion de sa visite de novembre 2021 en compagnie d’Aurélie Scheider, conservatrice du patrimoine et responsable de l’association Agamis en charge de la protection et la valorisation du patrimoine des Iles du Salut : https://www.arte.tv/fr/videos/106265-011-F/360-reportage/.

Rebelião da Ilha Anchieta: o primeiro grande massacre em prisão da história do Brasil

https://www.bbc.com/portuguese/brasil-63250947

Temos o prazer de partilhar o artigo da BBC News Brasil dedicado ao trabalho do nosso colega Dirceu Franco Ferreira, e o livro da sua tese de mestrado intitulado Rebelião e Reforma Prisional em São Paulo (Editora Revan).
O website de notícias UOL também transmitiu a informação por ocasião do 70º aniversário da rebelião dos prisioneiros da ilha de Anchieta, a 20 de Junho de 1952.

https://noticias.uol.com.br/ultimas-noticias/bbc/2022/10/24/rebeliao-da-ilha-anchieta-o-primeiro-grande-massacre-em-prisao-da-historia-do-brasil.htm

Publicación – Faros y pantanos. Una historia de las prisiones provinciales argentinas (Córdoba, Santa Fe y Tucumán, 1853-1946) 

Tenemos el placer de anunciar la publicación de la tesis de doctorado de nuestro colega del CoPALC Luis G. González Alvo.

Faros y pantanos, es una propuesta de diálogo con la historiografía de las prisiones argentinas que vio en las cárceles provinciales, “pantanos”: espacios inmóviles, grises y sin cambios. Si bien es cierto que los ritmos de cambio provinciales diferían enormemente con el de la capital, el trabajo de los reformistas penitenciarios locales fue el de construir “faros” de modernidad, al estilo del instalado en Buenos Aires: la célebre Penitenciaría Nacional. Se ha discutido mucho sobre el “panóptico”, aquel modelo institucional de la sociedad de control, sin embargo, poco se conoce de aquellos “pantanos” que constituyeron “el gris castigo de la mayoría”. La apuesta de este libro es explorar lo que esconden aquellos espacios de reclusión provinciales, donde se castigaba a la mayor parte de la población carcelaria nacional.

Se parte de la hipótesis de que, precisamente allí, debajo de aquellos pantanos se esconde la prisión argentina primigenia, porque se fraguó en esos grises lugares de transición más que en los “faros modernizadores” de Buenos Aires o Ushuaia. Apartadas del “modelo”, y del “deber ser” punitivo, se esconden en la marisma los embriones de la prisión contemporánea. Adentrarse en el barro y desenterrar esos vestigios, investigar acerca de la lógica de funcionamiento de las cárceles provinciales, permitirá comprender mejor el surgimiento y la consolidación de los dispositivos punitivos que caracterizan a las cárceles argentinas hoy.