In Memoriam- Dominique Kalifa.

Un voile sombre a enveloppé la profession historienne à mesure que dans cette journée du 13 septembre 2020 la nouvelle n’essaime et ne s’impose à tous : Dominique Kalifa n’est plus.

La stupeur est peut-être le sentiment qui décrit le mieux ce que notre communauté éprouve, alors qu’écrire au passé nous procure des difficultés peu communes. Cette semaine encore, le Professeur Kalifa siégeait dans des jurys de mémoire, explorant en accompagnant de jeunes chercheurs, des démarches novatrices et des terrains inconnus. Pour cela, celui-ci appartenait résolument à notre présent et notre futur d’historien. Rarement un chercheur n’a ouvert tant de pistes, en les offrant à chaque fois aux jeunes générations. En ce sens, il laisse une multitude de légataires.

Communauté, ce n’est pas une creuse métonymie quand l’on désigne tous ceux qui pleurent aujourd’hui un maître. Aux Etats-Unis et en France où il a tant oeuvré, mais partout où Dominique Kalifa fut lu et traduit, sa pensée dynamique est un des langages communs qui ont structuré rencontres scientifiques – et donc nécessairement amicales, réseaux de chercheurs et projets collectifs. Tout historien du crime, de la justice (ou plutôt de l’injustice) a dans son esprit des dizaines de camarades qui partagent sa peine aujourd’hui.

Le Pr. Kalifa était bien un maître pour tous, mais un maître malgré lui. Rien de pontifiant ni de mandarinal chez celui que l’Université aura gratifié – à fort bon titre- de tous les honneurs et positions. Et pourtant, peu de chercheurs ont pris une place aussi éminente dans le parcours et l’oeuvre de leurs collègues. Combien de mémoires et de thèses dirigées? Combien de chapitres inspirés par son oeuvre? Combien de projets d’articles guidés par les innombrables entrées esquicées au gré des publications?

Dominique Kalifa, enfin et surtout, incarne pour nombre d’entre nous la profession d’historien. D’abord par un ethos inébranlable : faire oeuvre juste et faire oeuvre utile. Le Pr. Kalifa était un historien de combat. Présent dans le débat public comme au plus près des étudiants, le fil rouge de son oeuvre a été ces sans-voix que sa directrice Michelle Perrot avait tant participer à placer au coeur de la science historique.

Ces quelques lignes sont un engagement, à prolonger et sûrement à dépasser – ce que l’on peut souhaiter de meilleur à tout chercheur – l’immense oeuvre de Dominique Kalifa. Cela occupera notre vie d’historien, comme celle de tant d’autres collègues et futurs collègues.

Nos pensées les plus fraternelles vont aux proches du Pr. Kalifa, sa femme et ses deux enfants, ses collègues de la rue Serpente, ses compagnons de route dont certains furent et sont toujours nos professeurs. Plus spécialement, nous témoignons de notre pleine solidarité aux masterants et doctorants restés orphelins ce soir. Le CoPALC se tient résolument à vos côtés.

“L’Histoire est faite d’histoires, et elle peut, sans rien perdre de son ambition à dire le vrai et à expliquer le monde, en raconter à son tour”. D. KALIFA, 2013.


1 réflexion sur « In Memoriam- Dominique Kalifa. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.