Séminaire « genre et monde carcéral – Maison des Sciences de l’Homme

Nous avons le plaisir de partager le riche programme du séminaire « Genre et monde carcéral » organisé à la MSH- Paris Saclay.

La prochaine séance aura lieu le 10 mai de 16h à 18H30 (de Paris) et aura pour titre :  Industrie de la punition et effets sur la vie matérielle des femmes en prison

Présentation du séminaire

« DANS ET HORS LES MURS »

L’influence des représentations genrées : de la qualification pénale à la vie en prison

Organisé par :
Natacha Chetcuti-Osorovitz. Maître de conférences en sociologie, HDR, Centrale Supélec,
IDHES ENS-Paris-Saclay (natacha.chetcuti-osorovitz@centralesupelec.fr)
Valérie Icard. Doctorante en science politique, CESDIP / Université de Paris-Saclay ;
Ingénieure d’études, CESDIP / INHESJ (valerie.icard@cesdip.fr)


Avec le soutien de la MSH Paris-Saclay.

Le séminaire se déroulera cette année en distanciel ou en hybride (visioconférence et à la MSH Paris-Saclay) en fonction des conditions sanitaires. Des précisions sur les modalités seront données avant chaque séance.


PRÉSENTATION DU SÉMINAIRE :


Cette année, pour la quatrième édition du séminaire, nous avons choisi de mettre la focale sur les liens entre « le dehors » et « le dedans » et sur les dynamiques de circulation des normes de genre pour penser l’enfermement contemporain. « La vie en prison [doit être] alignée aussi étroitement que possible sur les aspects positifs de la vie à l’extérieur de la prison», d’après la règle pénitentiaire européenne n° 5. Si cet objectif de normalisation carcérale
promeut une relative amélioration des conditions de vie en détention, il invite également à analyser l’institution carcérale en tenant compte de l’ordre social hors les murs. C’est toute
l’ambition des interventions présentées cette année.


Deux séances seront consacrées à l’influence des rapports sociaux de sexe sur le fonctionnement du système pénal, considéré au sens large (institutions policière et judiciaire, mais également institutions d’encadrement des jeunes). Il s’agira de mieux comprendre comment les normes de genre interviennent dans le traitement pénal contemporain et
dessinent les contours de la population incarcérée. Deux autres séances permettront d’analyser l’importation entre les murs de logiques venant de l’extérieur. On réfléchira ainsi à l’influence des codes de genre dans l’accompagnement culturel en prison. Nous nous intéresserons également à la façon dont l’introduction de logiques marchandes en prison conditionne le parcours matériel des femmes détenues. Enfin, le séminaire se clôturera sur une dernière séance portant sur les convergences et divisions entre les mouvements de lutte féministes et anti-carcéraux. Ici, encore, l’objectif sera d’interroger les liens qui se nouent (ou se dénouent) entre les actions protestataires collectives dans et hors les murs.

A venir :

Séance 5 : 7 Juin 2021Les mouvements de contestation dans et hors les murs (10h-13h et 14h-18h)

·      Jean Bérard, Historien – MCF ENS Paris-Saclay – Institut des sciences sociales du politique 

·      Antonin Bernanos, Sociologue – Etudiant empêché en Master 2 de Sociologie – EHESS[intervention par visioconférence]

·      Joël Charbit, Sociologue – Docteur en sociologie – chercheur associé au CLERSE 

·      Ainhoa Ozaeta, Politiste – Doctorante empêchée en Science politique – Université du Pays basque[intervention par visioconférence, sous réserve]


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.